Attestation des contrôles internes chez Reader’s Digest (Canada) : Andrea C. Martin, présidente, donne le ton!

8,00 $50,00 $

Lire un extrait
ÉTUDE DE CAS. Ce cas porte sur la société canadienne Sélection du Reader’s Digest (Canada) (« Reader’s Digest »), filiale de The Reader’s Digest Association Inc., une compagnie internationale qui fait affaire dans plus de 60 pays. À titre de filiale d’une société inscrite à la New York Stock Exchange, elle doit respecter les règles de la Loi Sarbanes-Oxley adoptée aux États-Unis en 2002 pour restaurer la confiance des investisseurs dans le marché des capitaux.

Pour acheter une License d'enseignement, vous devez vous enregistrer et être approuvé par notre administration.

UGS : 293 Catégories : ,

Description

Résumé

Ce cas porte sur la société canadienne Sélection du Reader’s Digest (Canada) (« Reader’s Digest »), filiale de The Reader’s Digest Association Inc., une compagnie internationale qui fait affaire dans plus de 60 pays. À titre de filiale d’une société inscrite à la New York Stock Exchange, elle doit respecter les règles de la Loi Sarbanes-Oxley adoptée aux États-Unis en 2002 pour restaurer la confiance des investisseurs dans le marché des capitaux. Le cas nous présente comment Reader’s Digest, sous la gouverne d’Andrea C. Martin, présidente et chef de la direction, a procédé pour respecter l’article 404 de la loi qui porte sur l’évaluation du contrôle interne à l’égard de l’information financière, article qui est entré en vigueur en 2005.

Caractéristiques

Format: PDF 

[2 484 ko] Langue: français Pages: 20 Date: 2008

Autres informations

Des notes pédagogiques sont disponibles pour les professeurs seulement. Contactez le Centre de cas HEC Montréal.

Information complémentaire

Année

Éditeur

Format

Industrie

,

Institution

Langue

Licence

, ,

Notes pédagogiques

Nombre de pages

Parution

Taille

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Attestation des contrôles internes chez Reader’s Digest (Canada) : Andrea C. Martin, présidente, donne le ton!”