Marie-Christine Ouellet et la santé psychologique après un traumatisme craniocérébral

 

marie-christine-ouellet

Marie-Christine Ouellet est professeure agrégée à l’École de psychologie de l’Université Laval. Elle est également chercheuse au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS).
 
Expertises

Psychologie clinique de la santé et psychologie de la réadaptation. Psychopathologie associée aux troubles neurologiques et aux blessures traumatiques (particulièrement les traumatismes craniocérébraux) chez les adultes et les aînés. Adaptation des méthodes d’évaluation et d’intervention cognitivo comportementale à des populations en réadaptation.

La mission d’eValorix est de diffuser les outils numériques issus de la recherche publique. Cette entrevue fait partie de la série d’entrevues avec les femmes et les hommes derrière cette recherche. Les articles tirés de nos conversations informelles paraîtront sous cette rubrique toutes les deux semaines. Inscrivez-vous à l’infolettre afin de rester au courant! 
S'inscrire à l'infolettre

 

eValorix : À quel besoin souhaitez-vous répondre avec vos recherches?

Marie-Christine Ouellet : Ce qui m’intéresse le plus, ce sont les difficultés rencontrées sur le plan de la santé psychologique après un traumatisme craniocérébral. Ça couvre un spectre assez large : ça peut se présenter sous forme de dépression, d’anxiété, d’insomnie, une fatigue qui s’installe et devient chronique, la consommation de substances, etc. Nous nous intéressons à tout le spectre de sévérité, allant de la commotion simple à un traumatisme beaucoup plus sévère et qui peut avoir des impacts à des niveaux cognitifs, physiques, comportementaux ou émotionnels.

Ce n’est pas parce que l’atteinte est légère que tout va bien aller ou que parce que l’atteinte est sévère que tout va mal. Malheureusement les problèmes de santé mentale sont très fréquents suite à un traumatisme crânien, mais ils manquent encore d’attention scientifique. Beaucoup d’efforts sont mis pour sauver la vie des individus subissant un choc à la tête et aussi afin leur offrir une réadaptation (surtout physique et cognitive). Toutefois, ces efforts peuvent être compromis si ces gens voient leur santé mentale affectée sans être traités.

On ne sait pas ce qui est attendu ou normal par rapport à un tel évènement. Le traumatisme craniocérébral est une condition chronique, on vit avec les conséquences toute sa vie. C’est probablement difficile pour la personne et le clinicien de distinguer ce qui est attendu de ce qui est pathologique. Les gens ne vont pas nécessairement chercher de l’aide. Il faut rendre les interventions plus accessibles, disséminer des interventions comme par exemple des thérapies cognitivo-comportementales.

eValorix : Quels sont les défis dans votre champ de recherche?

M-C O : Ce n’est pas évident de distinguer ce qui était une problématique présente avant l’accident, de ce qui l’est après, ou encore ce qui fait partie du cours normal de la vie de l’individu. Ce qui est très clair c’est que la prévalence des problèmes de santé mentale est extrêmement grande chez les individus qui ont subi un traumatisme crânien par rapport à la population générale. Il n’y a pas assez de traitement et de prévention qui sont faits. Il faudrait développer des interventions préventives pour que les gens aient la meilleure qualité de vie possible après un accident. On pourrait possiblement prévenir la dépression, l’insomnie, le recours à l’utilisation de substances, etc. On peut faire du travail auprès de cliniciens, mais il faudrait qu’il y ait des programmes diffusés au grand public. Les gens ne savent pas pour la plupart qu’ils sont plus à risque de problèmes de santé mentale suite à un accident. Près de la moitié des gens qui subissent un traumatisme crânien vont développer une condition cliniquement significative.

eValorix : Comment vous êtes-vous intéressée à ce sujet?

M-C O : J’ai débuté ma formation en neuropsychologie. On s’intéressait plus aux aspects cognitifs : mémoire, attention, etc. Dans le cadre de mes contacts cliniques, je me suis intéressée aux aspects émotionnels; faire du suivi sur des conséquences émotionnelles de conditions neurologiques. Des gens dont les séquelles au plan neuropsychologique ont des impacts sur leur couple, leur famille et leur état d’esprit. On est un peu au confluent de la neuropsychologie, de la psychologie de la santé et de la psychologie clinique. Ça s’appelle de la psychologie de la réadaptation.

J’ai des collaborations avec des médecins d’urgence, des ergothérapeutes, des physiothérapeutes, des travailleurs sociaux, des gens en épidémiologie. Pas juste des chercheurs, mais des cliniciens aussi.

Dans le cadre de notre projet, on suit environ 400 personnes. L’objectif est d’avoir des applications pratiques tirées de nos conclusions. Nous nous intéresserons de plus en plus aux aînés également. Avec le vieillissement de la population, plus les gens demeurent actifs longtemps, plus on augmente le risque de chute. Le virage de la recherche dans les traumatismes crâniens au niveau de cette population n’est pas vraiment amorcé. On prend toutes les problématiques associées au vieillissement et on superpose les problèmes cognitifs suite à un traumatisme crânien. Ce projet avec les aînés est vraiment une initiative des cliniciens et que je supporte.

eValorix : Que diriez-vous à quelqu’un qui débute dans votre domaine?

M-C O : Ce qui est motivant, c’est l’idée de pouvoir faire une différence dans la qualité de vie des patients. La population de gens qui subit des traumatismes craniocérébraux est en fait très nombreuse, donc la recherche dans ce domaine aura potentiellement des impacts importants sur bien des gens. Par contre, c’est souvent une blessure invisible, il y a donc encore beaucoup de travail à faire pour que la société reconnaisse les maux issus de ces traumatismes.

 

Marie-Christine Ouellet chez eValorix

Propos recueillis par Félix Vaillancourt

 

Capsule FRQS sur le manuel INSOMNIE ET FATIGUE APRÈS UN TRAUMATISME CRANIOCÉRÉBRAL