Martin Beaulieu et la logistique hospitalière

martin beaulieu

Martin Beaulieu est professionnel de recherche à HEC Montréal et membre du groupe de recherche CHAÎNE. Il est également chargé de cours à HEC Montréal et à l’Université de Montréal au département de l’administration de la santé.

Expertises

Stratégie des groupes d’achats du secteur de la santé, modes de réapprovisionnement des unités de soins, diagnostic logistique d’établissement de santé

La mission d’eValorix est de diffuser les outils numériques issus de la recherche publique. Cette entrevue fait partie de la série d’entrevues avec les femmes et les hommes derrière cette recherche. Les articles tirés de nos conversations informelles paraîtront sous cette rubrique toutes les deux semaines. Inscrivez-vous à l’infolettre afin de rester au courant! 
S'inscrire à l'infolettre

 

eValorix : À quel besoin souhaitez-vous répondre avec vos recherches?

Martin Beaulieu : Mes intérêts de recherche portent sur la logistique hospitalière; tout le volet de l’approvisionnement et de la gestion des stocks dans le réseau de la santé. Ça peut être aussi les relations externes avec les fournisseurs, mais principalement tout ce qui se déplace à l’intérieur de l’établissement. En ce sens, il y a deux axes à mes recherches : comprendre les pratiques de travail les plus performantes et chercher à combler des lacunes de gestion. Les pratiques associées à la logistique hospitalière ont souvent été mises de côté au profit de la prestation de soins – comment gérer les soins. La logistique est plutôt en périphérie, ses processus sont moins encadrés et étudiés.

eValorix : Quels sont les défis dans votre champ de recherche?

MB : La transposition de certaines pratiques qui se font ailleurs vers le milieu de la santé n’est pas simple. Il y a peu de secteurs d’activités à mon avis qui gèrent une diversité aussi importante de produits. Un établissement de santé peut compter jusqu’à 50 000 codes de produits différents : de la pharmacie à l’alimentation en passant par la fourniture médicale. Wal-Mart va avoir dans ses magasins 75 000 codes de produits différents, mais au final c’est eux qui décident quels produits ils vont vendre tandis que les produits qui se retrouvent dans un établissement de santé sont là pour aider à la prestation de soins, on ne peut pas faire fi de l’avis des professionnels de la santé. On ne peut pas simplement transposer des solutions logistiques issues d’autres secteurs, il faut les adapter.

La logistique hospitalière est un champ de recherche somme toute assez récent. Tout est un peu plus à défricher.

Les processus ne sont pas tout le temps bien définis dans les organisations. Il y a parfois de la difficulté à obtenir des données pour faire les analyses. Les systèmes d’informations ne sont pas toujours conçus pour faciliter l’extraction des données. Les processus ne sont pas toujours matures.

eValorix : Comment vous êtes-vous intéressée à ce sujet?

MB : Un de mes patrons a été approché par un distributeur du réseau de la santé qui souhaitait aider le réseau en livrant mieux aux établissements. Environ au même moment une étude importante aux États-Unis a contribué à mousser notre intérêt et ça fait un peu plus de vingt ans qu’on se penche sur ce secteur-là.

On ne veut pas se substituer au mandat des consultants. L’université a une mission de transfert des connaissances, dans les mandats que l’on exécute il y a une opportunité de comprendre des phénomènes et de les appliquer à d’autres réalités, de combler des trous dans la littérature. Le résultat du mandat que nous exécutons va probablement avoir une valeur applicative, mais il faut comprendre que ça s’inscrit dans une réflexion et un processus d’échange avec les établissements et notre groupe de recherche.

eValorix : Que diriez-vous à quelqu’un qui débute dans votre domaine?

MB : Restez branchés sur les besoins du milieu, tant ceux des gestionnaires que ceux près des lieux de travail. Se trouver des mentors ou des gens qui vont vous introduire sur leurs préoccupations, aller sur leur terrain. C’est un peu la marque de commerce du Groupe de recherche CHAÎNE. On ne peut pas recommander quelque chose dans l’absolu, il faut être capable de saisir les nuances des différents contextes. Par exemple, la logistique du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal qui tient sur quelques kilomètres est différente du CISSS de la Côte-Nord qui se déploie sur des centaines de kilomètres.

 

Martin Beaulieu chez eValorix
Propos recueillis par Félix Vaillancourt

2017-04-05T10:20:26+00:00