Titrisation des créances : conséquences juridiques, comptables et financières par rapport à l’affacturage

8,00 $50,00 $

ÉTUDE DE CAS. Ce cas sert à illustrer la comptabilisation de cessions de créances par affacturage et par titrisation, le calcul des taux de rendement effectif ainsi que l’évaluation de différentes options de financement en termes de taux d’intérêt effectif, de perte comptable à constater immédiatement, d’effet sur le ratio d’endettement et de risques financiers comme les risques de crédit, de liquidité et de taux d’intérêt.

Effacer

Pour acheter une License d'enseignement, vous devez vous enregistrer et être approuvé par notre administration.

Description

Titrisation des créances : conséquences juridiques, comptables et financières par rapport à l’affacturage : résumé

Titrisation des créances : conséquences juridiques, comptables et financières par rapport à l’affacturage est une étude de case de Nhut Van The.

Ce cas sert à illustrer la comptabilisation de cessions de créances par affacturage et par titrisation, le calcul des taux de rendement effectif ainsi que l’évaluation de différentes options de financement en termes de taux d’intérêt effectif, de perte comptable à constater immédiatement, d’effet sur le ratio d’endettement et de risques financiers comme les risques de crédit, de liquidité et de taux d’intérêt. Il fait ressortir aussi les conditions auxquelles il faut satisfaire pour réaliser une opération de titrisation des créances, pour décomptabiliser les créances cédées et pour éviter de comptabiliser leurs cessions comme des emprunts garantis.

Autres informations

Des notes pédagogiques sont disponibles pour les professeurs seulement. Contactez le Centre de cas HEC Montréal.

Informations complémentaires

Année

Annexe

Éditeur

Format

Industrie

Institution

Langue

Licence

,

Nombre de pages

Notes pédagogiques

Numéro centre de cas

Taille

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Titrisation des créances : conséquences juridiques, comptables et financières par rapport à l’affacturage”