Skip to content

Acceptabilité sociale des projets de développement : le cas d’Hydro-Québec et la Nation crie (1970-2015)

8,00 $50,00 $

ÉTUDE DE CAS. Cette étude de cas porte sur l’évolution des relations entre la société d’État Hydro-Québec et la Nation crie entre 1970 et 2015 autour du projet hydroélectrique de la Baie-James.

Effacer

Pour acheter une License d'enseignement, vous devez vous enregistrer et être approuvé par notre administration.

Description

Acceptabilité sociale des projets de développement : le cas d’Hydro-Québec et la Nation crie (1970-2015) : résumé

Acceptabilité sociale des projets de développement : le cas d’Hydro-Québec et la Nation crie (1970-2015) est une étude de cas de Sofiane Baba et Emmanuel Raufflet.

Cette étude de cas porte sur l’évolution des relations entre la société d’État Hydro-Québec et la Nation crie entre 1970 et 2015 autour du projet hydroélectrique de la Baie-James. Ces relations ont oscillé entre conflit ouvert, latent, acceptabilité et non-acceptabilité sociale. Cette évolution s’est déroulée en trois périodes principales, chacune comportant des enjeux spécifiques. Les deux premières, conflictuelles, comportent des enjeux différents. La première période (1970-1988) concerne la controverse suscitée par l’annonce, sans consultation préalable, du projet hydroélectrique de la Baie-James et par le non-respect des engagements prévus dans la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ), signée en 1975. La deuxième phase (1989-1994) relate un nouvel épisode de controverse après une période de répit, en réponse à l’annonce d’un nouveau projet hydroélectrique nommé « Grande-Baleine ». Enfin, la troisième phase (1995-2015) retrace le processus de reconstruction des relations entre Hydro-Québec et les Cris.

Cette approche longitudinale peut favoriser la pensée systémique chez les étudiants.

Objectifs pédagogiques

En responsabilité sociale et développement durable :

  • Se familiariser avec les enjeux des relations entreprises-communautés locales et d’acceptabilité sociale des projets de développement.
  • Évaluer les niveaux d’acceptabilité sociale en appliquant le modèle de Boutilier et Thomson.
  • Sensibiliser les étudiants aux spécificités de la gestion des relations entreprises-communautés en général, et plus particulièrement en contexte autochtone.
  • Comprendre les pratiques de gestion (consultation, concertation, engagement, etc.) permettant aux organisations de cultiver l’acceptabilité sociale et des relations harmonieuses avec l’environnement d’accueil.

En gestion stratégique :

  • Démontrer un raisonnement stratégique dans la résolution d’enjeux de gestion en vue d’assurer la réalisation des projets.
  • Comprendre l’importance d’intégrer de manière stratégique les enjeux d’acceptabilité sociale et de gestion des relations entreprises-communautés.
  • Sensibiliser les étudiants aux implications stratégiques de certaines décisions qui paraissent triviales, mais qui peuvent remettre en cause, en réalité, la légitimité et la pérennité organisationnelles.
  • Développer une réflexion critique sur les pratiques organisationnelles en matière de gestion des relations entreprises-communautés et proposer des recommandations.

Principaux thèmes couverts

  • Responsabilité sociale
  • Développement durable
  • Acceptabilité sociale

Concepts et théories en lien avec le cas

  • Acceptabilité sociale

Autres informations

Des notes pédagogiques sont disponibles pour les professeurs seulement. Contactez le Centre de cas HEC Montréal.

Informations complémentaires

Année

Annexe

Éditeur

Industrie

, , , , , ,

Institution

Langue

Licence

,

Nombre de pages

Notes pédagogiques

Numéro centre de cas

Parution

Range de pages

Taille

Scroll To Top