Cascades : Valeurs des fondateurs et management participatif à l’heure de la mondialisation

8,00 $50,00 $

ÉTUDE DE CAS. Cette étude de cas nous montre comment le groupe Cascades a réussi à rester performant tout en misant sur une philosophie de gestion basée sur de solides valeurs telles que la transparence et le partage.

Effacer

Pour acheter une License d'enseignement, vous devez vous enregistrer et être approuvé par notre administration.

Description

Cascades : Valeurs des fondateurs et management participatif à l’heure de la mondialisation : résumé

Fondée en 1964 par les frères Bernard, Laurent et Alain Lemaire, la compagnie Cascades, aujourd’hui multinationale, oeuvre dans les domaines de la fabrication, de la transformation et de la commercialisation de produits d’emballage et de papiers tissus composés principalement de fibres recyclées. En trois décennies, Cascades est passée d’une entreprise locale à un grand groupe multinational. En 2010, la proportion des revenus réalisés à l’étranger par le groupe était de 59 % de ses revenus globaux .

Cette étude de cas nous montre comment le groupe Cascades a réussi à rester performant tout en misant sur une philosophie de gestion basée sur de solides valeurs telles que la transparence et le partage. Ce sont d’ailleurs ces valeurs qui ont permis à Cascades de se démarquer par rapport à ses concurrents, et ce, depuis la création de la compagnie en 1964. Nous allons essayer de voir également si ces valeurs, auxquelles le groupe adhérait il y a plus de quatre décennies, sont toujours valables aujourd’hui. Une petite incursion dans l’histoire récente de Cascades apportera un éclairage sur les défis que le groupe doit relever aujourd’hui.

Informations complémentaires

Année

Annexe

Éditeur

Format

Industrie

Institution

Langue

Licence

,

Nombre de pages

Notes pédagogiques

Numéro centre de cas

Taille

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Cascades : Valeurs des fondateurs et management participatif à l’heure de la mondialisation”