Le Musée d’art contemporain de Montréal : lorsque l’avenir repose sur le présent…

8,00 $50,00 $

ÉTUDE DE CAS. Ce cas traite des défis de gestion et des enjeux inhérents à une organisation muséale d’État, confrontée à des compressions budgétaires importantes dans un contexte très concurrentiel.

Effacer

Pour acheter une License d'enseignement, vous devez vous enregistrer et être approuvé par notre administration.

Description

Le Musée d’art contemporain de Montréal : lorsque l’avenir repose sur le présent… : résumé

Un nouveau directeur, John Zeppetelli, entre en fonction au Musée d’art contemporain de Montréal (MAC). Ce cas traite des défis de gestion qui l’attendent et des enjeux inhérents à une organisation muséale d’État, confrontée à des compressions budgétaires importantes dans un contexte très concurrentiel.

Objectifs pédagogiques

  • Explorer les enjeux organisationnels au moment d’une entrée en fonction
  • Analyser les choix du gestionnaire face aux décisions stratégiques à prendre dans un contexte de compressions budgétaires
  • Réfléchir aux changements à apporter au modèle d’affaires d’une organisation culturelle dans ce contexte
  • Établir un plan d’action stratégique pour l’avenir de l’institution

Principaux thèmes couverts

  • Diagnostic interne (ressources et compétences)
  • Culture organisationnelle d’un musée d’État
  • Décision stratégique dans un contexte de coupe budgétaire

Concepts et théories avec le cas

  • Diagnostic interne (ressources et compétences)
  • Modèle d’affaires
  • Culture organisationnelle
  • Décision stratégique
  • Coopétition

Autres informations

Des notes pédagogiques sont disponibles pour les professeurs seulement. Contactez le Centre de cas HEC Montréal.

Informations complémentaires

Année

Annexe

Éditeur

Format

Industrie

, ,

Institution

Langue

Licence

,

Nombre de pages

Numéro centre de cas

Parution

Taille

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le Musée d’art contemporain de Montréal : lorsque l’avenir repose sur le présent…”