Les majorités fragiles et l’éducation : Belgique, Catalogne, Irlande du Nord, Québec

14,99 $

LIVRE NUMÉRIQUE. Les divers enjeux, parfois controversés, tels la scolarisation commune, l’enseignement de l’histoire, l’intégration linguistique des immigrants, ou encore la prise en compte de la diversité à l’école.

Description

Les majorités fragiles et l’éducation : Belgique, Catalogne, Irlande du Nord, Québec : résumé

On a trop souvent tendance à considérer les rapports ethniques comme mettant en jeu une majorité dominante exerçant son pouvoir sur un ensemble de minorités. Or, en Amérique du Nord comme en Europe, on trouve plusieurs cas de figure éloignés de ce modèle. Parfois, plusieurs groupes partagent un pouvoir sensiblement équivalent de contrôler l’État et d’imposer une définition de la nation. C’est le cas des néerlandophones et des francophones en Belgique, ou des catholiques et des protestants en Irlande du Nord. Il arrive aussi, comme au Québec et en Catalogne, que des majorités clairement identifiables connaissent une « ambiguïté de dominance » liée à leur statut minoritaire à l’échelle nationale.

Ces situations sont à la fois fascinantes à observer et éclairantes pour comprendre le rôle de l’éducation dans le maintien ou la transformation des frontières ethniques et des identités. Marie Mc Andrew en fait une démonstration remarquable dans Les majorités fragiles et l’éducation : Belgique, Catalogne, Irlande du Nord, Québec où elle se penche sur divers enjeux, parfois controversés, tels la scolarisation commune, l’enseignement de l’histoire, l’intégration linguistique des immigrants, ou encore la prise en compte de la diversité à l’école. Elle s’appuie sur dix ans de travaux comparatifs réalisés dans le cadre du Réseau sur l’éducation dans les sociétés divisées, d’où est issu le concept de majorité fragile.

Table des matières

Introduction

PREMIÈRE PARTIE : la diversité profonde : le rapport à l’autre majoritaire

  • 1. Contrôler ses propres institutions : repli identitaire ou gage d’harmonie ?
    • Le Québec
    • La Belgique
    • L’Irlande du Nord
    • La Catalogne
    • Pertinence et limites des différents modèles de scolarisation
  • 2. La traversée des frontières scolaires et le rapprochement : pourquoi ? à quelles conditions ?
    • La théorie des contacts
    • L’intégration scolaire non planifiée par les autorités
    • L’éducation intégrée
    • Les activités ponctuelles visant le rapprochement intercommunautaire
    • Les expériences vécues et leur impact
  • 3. L’enseignement de l’histoire : peut-on concilier mémoires, savoirs et compétences citoyennes ?
    • L’Irlande du Nord
    • La Belgique
    • Le Québec
    • La Catalogne
    • Les leçons de l’analyse comparative

DEUXIÈME PARTIE : la diversité issue de l’immigration : le rapport à l’autre minoritaire

  • 4. L’intégration linguistique et l’égalité des chances : complémentarité ou tension ?
    • Le Québec
    • La Catalogne
    • La Flandre
    • Le bilan : éléments communs et spécificités
  • 5. L’adaptation à la diversité : un décalage « normal » entre modèles normatifs, pratiques et débat public ?
    • Le Québec
    • La Catalogne
    • La Flandre
    • Les dynamiques et les tensions dans une perspective comparative

Conclusion

Références

Informations complémentaires

Année

Éditeur

Format

Industrie

Institution

,

NINL (ISBN)

Langue

Nombre de pages

Range de pages

Taille

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les majorités fragiles et l’éducation : Belgique, Catalogne, Irlande du Nord, Québec”