Cahier REALISME n°12 : Nouvelles contributions de l’approche qualitative dans l’évaluation des interventions en santé mondiale

0,00 $

CAHIER. Comment les méthodes qualitatives ont été mobilisées pour répondre à nos questions d’évaluation ? Nous montrons également la pertinence et les défis d’utiliser ces méthodes.

Description

Cahier REALISME n°12 : Nouvelles contributions de l’approche qualitative dans l’évaluation des interventions en santé mondiale : résumé

Dans le champ de l’évaluation des interventions en santé, l’usage du qualitatif est souvent limité à la compréhension des perceptions des acteurs impliqués dans les interventions ou l’analyse des processus mis en branle.

Objectifs

Dans Cahier REALISME n°12 : Nouvelles contributions de l’approche qualitative dans l’évaluation des interventions en santé mondiale, nous souhaitons partager plutôt notre expérience de tentatives d’innovations méthodologiques dans l’usage du qualitatif pour l’évaluation des interventions en santé mondiale. Nous présentons quatre exemples innovants :

  1. Comprendre la fidélité d’une intervention ;
  2. Analyser l’hétérogénéité des effets ;
  3. Appréhender les effets sociaux ; et
  4. Étudier les conséquences non intentionnelles d’une intervention.

À partir de ces quatre exemples, nous décrivons comment les méthodes qualitatives ont été mobilisées pour répondre à nos questions d’évaluation. Nous montrons également la pertinence et les défis d’utiliser ces méthodes.

Méthodes

Des entretiens ou des discussions de groupes sont organisés pour comprendre la perspective des acteurs. Cette approche est importante à l’analyse des interventions et mérite d’être développée et poursuivie. Cependant, elle reste assez traditionnelle et classique.

Additional information

Year

Format

Industry
Institution

,

Language

Number of Pages

Publication

Association

Size

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “Cahier REALISME n°12 : Nouvelles contributions de l’approche qualitative dans l’évaluation des interventions en santé mondiale”