Indice Kijiji de l’économie de seconde main : Rapport 2019

0,00 $

INDICE. Présentation du cinquième indice portant sur l’économie de seconde main à travers le Canada.

Description

Indice Kijiji de l’économie de seconde main : Rapport 2019 : résumé

5 années d’économie de seconde main : Les consommateurs canadiens sont plus conscients socialement

Le plus récent Indice Kijiji de seconde main découvre des tendances sur 5 ans d’une croissance des motivations altruistes et écologiques de participer à l’économie de seconde main

Montréal, 4 novembre 2019 – Selon le 5e Indice annuel Kijiji de l’économie de seconde main, les données sur 5 ans montrent une croissance remarquable des motivations altruistes et écologiques afin de participer à l’économie de seconde main, indiquant la montée d’un consommateur qui est plus conscient de son impact sur sa communauté. L’Indice rapporte une baisse de 4 % des motivations économiques pour prendre part à l’économie de seconde main, alors que les motivations altruistes pour le délaissement ont augmenté de 6 % et les motivations écologiques pour l’acquisition et le délaissement ont augmenté respectivement de 3 % et 6 %.

La perception générale des biens de seconde main continue d’évoluer favorablement alors que l’étude révèle également que l’Indice d’intensité – le nombre moyen d’objets de seconde main achetés ou délaissés par chaque Canadien au cours d’une année – atteint un niveau inégalé en 2018 à 82, une augmentation de 8 % depuis le rapport 2015 où l’Indice d’intensité était de 76.

La plus grande part du changement s’explique par le fait que les Canadiens acquièrent davantage de biens de seconde main (40 par année maintenant c. 35 en 2014, une augmentation de 14 %) plutôt que de les délaisser (42 maintenant c. 41 en 2014, une augmentation de 2 %), ce qui reflète un changement et des attitudes plus positives envers l’acquisition et l’utilisation de biens de seconde main.

L’économie de seconde main plus forte que jamais au Canada

L’Indice Kijiji de l’économie de seconde main 2019 montre que l’économie de seconde main canadienne continue de représenter une part constante et importante des activités économiques au pays avec une croissance constante des activités par année depuis sa première publication en 2015 :

  • 4,3% d’items de seconde main de plus ont été échangés en 2018, comparativement à l’année précédente. Seulement en 2018, les Canadiens ont donné une deuxième vie à 2,4 milliards d’objets – 250 millions d’objets de plus qu’en 2014;
  • La valeur totale des transactions de seconde main en 2018 représente 27,5 milliards $, ce qui représente 1,23 % de la totalité du PIB annuel au Canada;
  • Durant les cinq dernières années, les Canadiens ont fait des gains moyens par année de 961 $ en vendant des biens de seconde main et économisé en moyenne par année 723 $ en achetant des biens de seconde main. Ce qui représente plus de 8 400 $ en gains et en économies sur une période de 5 ans pour les individus.
  • Le Top 10 % des utilisateurs les plus importants — ceux qui échangent le plus grand nombre de biens — mettent la table pour le développement d’un marché commercial des biens de seconde main. En moyenne, ces utilisateurs les plus importants échangent presque 500 objets par année, soit six fois plus que la moyenne nationale.
  • Au cours des cinq années, Kijiji a été, de loin, le canal commercial dominant de l’économie de seconde main. En moyenne, au cours des cinq dernières années, près de 14 % de l’ensemble des transactions commerciales ont été conclues par l’entremise de Kijiji, qui possède une part de marché deux fois plus grande que la plateforme concurrente la plus rapprochée.

« Il était indéniable à chaque année que nous avons fait l’étude que l’économie de seconde main créait des bénéfices économiques aux niveaux macro et micro. Lorsque nous avons regardé les données des cinq dernières années, nous avons vu que ces activités économiques importantes n’étaient pas seulement propulsées par les bénéfices économiques. Les Canadiens sont plus conscients et veulent laisser un impact positif sur leur communauté et leur environnement. » affirme Matthew McKenzie, directeur, Kijiji Canada. « En ce sens, nous observons que les Canadiens ont un désir croissant d’acquérir des objets de seconde main. Il y a une occasion pour les individus et les entreprises au Canada de bénéficier de cette tendance en répondant à la demande du marché et en vendant leurs objets de seconde main. » a ajouté Matthew.

Les Québécois continuent à ne pas profiter au maximum du marché de seconde main

En 2018, une moyenne de 78% des gens au Québec ont participé à l’économie de seconde main (contre 82% à l’échelle nationale). L’Indice d’intensité des Québécois est aussi la plus basse au pays à 63 c. l’Indice d’intensité canadienne à 82.

Les faits saillants pour le Québec dans L’indice Kijiji de l’économie de seconde main :

  • En ne participant pas davantage à l’économie de seconde main, le Québec laisse un montant important sur la table alors que le rapport démontre qu’en moyenne les Québécois ont fait des gains de 739 $ en vendant des biens de seconde main alors que les Canadiens obtenaient en moyenne 789 $ en 2018;
  • De plus, les Québécois qui ont pris part à l’économie de seconde main ont économisé une moyenne de 1 307 $ (soit 563 $ de plus que la moyenne nationale), les économies les plus importantes à travers tout le Canada en 2018;
  • Durant les 5 dernières années, les Québécois ont échangé 16 items (la médiane) par année, les classant derniers au pays, si l’on considère la médiane nationale de 24. Cet écart est encore plus important si nous comparons le Québec avec les provinces championnes de l’Alberta et la Colombie-Britannique qui ont échangé près de 30 objets chacune.
  • En 2018, les Québécois ont acquis une moyenne de 33 biens de seconde main comparativement aux 40 objets acquis par le reste du Canada. De plus, ils délaissent moins fréquemment, se classant aussi bon dernier parmi les provinces avec seulement 28 objets contre 42 à l’échelle nationale.
  • La ville de Québec est la ville canadienne en tête de liste lorsque vient le temps d’acquérir des objets de seconde main par achat (65 %) et la deuxième pour délaisser les objets de seconde main par don (7 1%), tout près derrière Hamilton, Ontario (73 %)

« La vitalité de l’économie de seconde main est soutenue par des différentes tendances existant dans l’ensemble de l’économie et de notre société. Premièrement, les consommateurs cherchent de plus en plus à prendre des actions significatives qui peuvent avoir des répercussions bénéfiques pour la communauté élargie. De plus, l’opinion générale auprès des objets de seconde main continue de s’améliorer alors que nous voyons que de plus en plus de Canadiens désirent acquérir des biens de seconde main. » explique Fabien Durif, co-auteur de l’Indice Kijiji de l’économie de seconde main et directeur de l’Observatoire de la consommation responsable. « Après avoir observé une croissance annuelle constante durant les cinq dernières années de l’Indice d’intensité, passant de 76 à 82, il est possible d’affirmer que l’économie de seconde main au Canada continuera à fleurir au courant des cinq prochaines années. » a conclu Fabien.

Objectifs

Cette étude a pour objectif de déterminer l’impact de l’économie de seconde main au Canada.

Pour qui?

Citoyens, consommateurs, chercheurs, associations.

Additional information

,

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “Indice Kijiji de l’économie de seconde main : Rapport 2019”

You may also like…