Évaluation de l’efficacité du protocole d’entrevue NICHD lors d’entrevues avec des individus québécois et de langue française alléguant avoir été victime d’agression sexuelle

0,00 $

CAPSULE SCIENTIFIQUE. La présente étude visait à évaluer l’efficacité et la flexibilité du protocole structuré du NICHD d’entrevue d’investigation d’abus sexuels sur les enfants (CSA) traduit et validé en langue française et destiné à être utilisé par les officiers de police et les travailleurs sociaux du Québec.

Description

Évaluation de l’efficacité du protocole d’entrevue NICHD lors d’entrevues avec des individus québécois et de langue française alléguant avoir été victime d’agression sexuelle : résumé

La présente étude visait à évaluer l’efficacité et la flexibilité du protocole structuré du NICHD d’entrevue d’investigation d’abus sexuels sur les enfants (CSA) traduit et validé en langue française et destiné à être utilisé par les officiers de police et les travailleurs sociaux du Québec. Le tout en comparant des entrevues menées par des interviewers formés au protocole NICHD avec des entrevues menées dans une condition de non-utilisation du protocole NICHD.

Objectifs

Ce document est la capsule scientifique 3 du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS). Voir toutes les autres capsules.

Référence

Cyr, M. & Lamb, M. (2009). Capsule scientifique #3 : Évaluation de l’efficacité du protocole d’entrevue NICHD lors d’entrevues avec des individus québécois et de langue française alléguant avoir été victime d’agression sexuelle. Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS), Université de Montréal, Montréal, Qc.

Additional information

Year

Format

Industry

,

Institution

Language

Number of Pages

Association

Size

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “Évaluation de l’efficacité du protocole d’entrevue NICHD lors d’entrevues avec des individus québécois et de langue française alléguant avoir été victime d’agression sexuelle”